Depuis plus d’un an désormais nous essayons de porter un discours ambitieux et confiant pour notre ville et ses habitants ; nous croyons fermement à la qualité des ressources humaines, techniques ou encore naturelles dont nous disposons et qui ne sont à ce jour au mieux pas exploitées, au pire discréditées.

Si nous défendons autant le projet de cuisiner les repas de nos cantines scolaires, nous-mêmes, à Vouziers, c’est parce qu’il correspond à l’idée que l’on se fait de nos potentiels : raccourcir les circuits de distribution, bénéficier des richesses de notre territoire, offrir un débouché à nos producteurs, éduquer à l’alimentation raisonnée, réinsérer par l’emploi sur des activités de proximité.

Car le sens est bien celui-ci : faisons-nous confiance !

Nous estimons ce travail de l’ombre nécessaire.

Quant à la lumière, elle continuera de briller sur ceux qui s’y exposent le plus :

۰ ceux qui promeuvent des nichoirs pour « sauvegarder la biodiversité » tout en instaurant deux lignes de bus intra-muros 4 fois par jour ;

۰ ceux qui installent des cabanes à insectes pour « respecter la nature » tout en choisissant de confectionner les repas de nos enfants à 40 km de Vouziers ;

۰ ceux qui écrivent « ici commence la mer » sur les bouches d’égout tout en laissant les villages sans réseaux d’assainissement pour traiter leurs eaux usées ;

۰ ceux qui souhaitent « redynamiser le commerce en centre-ville » tout en y créant un bâtiment administratif.

À ceux-là, nous laissons les rougeurs associées.

Les élus du groupe Elan Vouzinois